Acompagnement des troubles bipolaires

Les actions bénéfiques de la réhabilitation psychosociale et de l’empowerment

Après plus d’un an d’exercice, nous pouvons déjà tirer des enseignements importants relatifs à  notre structure pour bien la « positionner » dans l’arsenal thérapeutique d’Île-de-France concernant la souffrance des personnes vivant avec des troubles de l’humeur.
En effet, cette première année nous a permis d’évaluer les bienfaits de notre programme et des bénéfices qu’il apporte aux personnes l’ayant suivi. Nous avons une réelle spécificité qui nous distingue d’autres programmes de psychoéducation.

Certes l’éducation thérapeutique en constitue un point commun ; beaucoup d’équipes universitaires ou de secteurs en proposent aux patients bipolaires mais nous sommes la seule structure à proposer cette psychoéducation adossée à un programme d’apprentissage du bien-être et du plaisir et une réhabilitation sociale, culturelle, familiale et professionnelle telle que nous la pratiquons.

Ce programme précis, ciblé, organisé en groupe, de 10 à 12 personnes, permet d’avancer ensemble vers l’amélioration de la qualité de vie, de créer une dynamique et une bienveillance indispensables au rétablissement. Des entretiens en individuel avec toute l’équipe pluridisciplinaire sont également proposés tout au long du parcours.

La durée du parcours est longue et intensive, à raison de 4 demi-journées par semaine sur 12 semaines.
Encore une fois, cette fréquence apporte aux personnes une régularité qui redonne à leur parcours souvent chaotique une raison de se lever, de se re-sociabiliser et un but dans leur journée qui permet de se projeter à nouveau dans une forme de reprise d’activité sociale ou professionnelle.

Cette intensité correspond à celle d’une formation approfondie qui permet d’aborder non seulement l’éducation thérapeutique (reconnaissance des signes de la maladie, des traitements, prévention des
récidives, hygiène de vie…) mais aussi la recherche du bien-être et du plaisir trop souvent oubliés pour ces personnes.
Cet accent sur lequel nous avons décidé de nous concentrer, avec des ateliers tels que la médiation corporelle, la gestion du stress, le Théâtre, la photo, la création d’une gazette, des sorties aux musées, du sport, nous apparait comme indispensable avec le recul sur cette première année d’activité.

Les actions bénéfiques du programme résultent de la mise en évidence de comportements désadaptés, de croyances pathologiques et d’automatismes de pensée afin de les faire disparaître ou de les diminuer. Des références théoriques des membres de l’équipe aux neurosciences, à la réhabilitation psychosociale et à l’empowerment sont également pratiquées tout au long du programme et se révèlent indispensables.

Cristine Perez,
Responsable du Centre de Jour Bipol FALRET

Partager ce post sur l'actualité des troubles bipolaires