Acompagnement des troubles bipolaires

Travailler avec des troubles bipolaires

Travailler avec des troubles Bipolaires, l’accompagnement vers l’emploi, un défi à relever

D’après Santé Publique France, les troubles bipolaires toucheraient entre 0.2% et 1.6% de la population française. Plus de 470 00 personnes souffriraient par ailleurs de troubles psychotiques.

« Si vous ajoutez les personnes souffrant de troubles graves de la personnalité, de troubles obsessionnels compulsifs ou de conséquences de traumatisme crâniens, cela fait beaucoup de monde, même s’il n’existe pas de chiffre précis », assure Éric Blanchet, le directeur de l’ADAPT, une association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées.
Trouver du travail est un défi, toutes personnes souffrant d’un handicap psychique n’étant pas en mesure de travailler.

Permettre à un maximum de personne en situation de handicap d’accéder à un emploi dans le milieu du travail dit ordinaire

C’est au dire au sein d’entreprises classiques (quand une grande part de l’emploi reste concentrée dans les établissements et Services d’Aide par le travail  (ESAT – voir les actions de l’ESAT COTRA), autrement dit le secteur protégé).

L’accompagnement vers l’emploi des personnes souffrant de troubles bipolaire ?

Par un accompagnement étroit du travailleur handicapé souffrant de trouble bipolaires, tant sur le le plan médicosocial que professionnel. Concrètement, le dispositif, géré notamment par des établissements ou services médico-sociaux (ESM) du type Esat, repose sur une figure clé, le référent emploi accompagné. Il s’agit d’un conseiller chargé d’épauler le salarié dans la durée sur son lieu de travail, tout en soutenant l’employeur dans sa démarche d’accueil.

« Tout comme le handicap intellectuel, le handicap psychique nécessite un suivi, un véritable accompagnement, une fois que la personne a été embauchée », insiste néanmoins Marie-Paul Blanchard, cofondatrice de l’association AVEC Talents. Une fois à la retraite, cette ancienne institutrice spécialisée a souhaité aider à l’insertion professionnelle des personnes souffrant d’un handicap mental ou psychique.

L’association accompagne en ce moment une trentaine d’entre elle. « Avant que la personne  ne commence à travailler, nous rencontrons ses futurs collègues ; nous sommes là le premier jour pour voir la façon dont les consignes de travail sont données et pour les «  traduire » si nécessaire, poursuit Marie-Paule Blanchard.

« Puis nous passons dans l’entreprise une fois par semaine. Cela rassure tout le monde, la personne handicapée et l’entreprise. »

Voir en détail le programme d’emploi accompagné

Partager ce post sur l'accompagnement vers l'emploi