La gazette des participants au programme de psychoéducation souffrants de troubles bipolaires

Winston le CHAT « mascotte de Bipol St Ouen » – Gazette Bipol

Winston est né fin avril 2018 à Sèvres. Il avait 1 frère et 2 sœurs, sa maman Felindra. Les propriétaires ne pouvaient le garder, il a donc été adopté à 3 mois par Bipol qui connaissait les bienfaits d’avoir un chat.

En effet il apporte de la zénitude. Le prénom Winston a été donné en référence à Winston Churchill qui était porteur de troubles bipolaires. Il est très sociable et joueur. Des études ont été réalisées : avoir un animal, ça fait du bien au moral ! C’est prouvé scientifiquement, chiens, chats ou poissons rouges chassent le stress et protègent la santé.

Les animaux peuvent même servir de thérapie dans certains troubles psychologiques, comme l’état dépressif.

La zoothérapie : c’est quoi ?

La zoothérapie (ou médiation animale) est par définition le fait d’utiliser les animaux comme des médiateurs pour créer une interaction entre un thérapeute et une personne. Le but est d’offrir un moment de bien-être à travers l’animal ou même de réaliser un véritable travail psychologique qui rentre dans un cadre thérapeutique. En plein essor depuis quelques années, elle permet d’aider les personnes atteintes de troubles psychologiques, psychomoteurs ou encore physiques. Dépression : comment les animaux peuvent vous aider ? De manière générale, les animaux de compagnie ont vu leurs vertus psychologiques reconnues.

Ainsi, le fait d’avoir un chien, un chat, des oiseaux ou encore un poisson rouge… permet de réduire le stress et l’anxiété. Les heureux propriétaires d’animaux sont également moins sujets à la dépression. Selon un sondage réalisé par Opinionway, 93 % des Français déclarent ressentir du réconfort en leur présence et 94 % pensent qu’un animal domestique aide à traverser les périodes difficiles de la vie. De manière générale, les personnes possédant des animaux sont aussi plus actifs, moins isolés que les autres.

Dépression : comment les animaux peuvent vous aider ?

De manière générale, les animaux de compagnie ont vu leurs vertus psychologiques reconnues. Ainsi, le fait d’avoir un chien, un chat, des oiseaux ou encore un poisson rouge… permet de réduire le stress et l’anxiété. Les heureux propriétaires d’animaux sont également moins sujets à la dépression. Selon un sondage réalisé par Opinionway, 93 % des Français déclarent ressentir du réconfort en leur présence et 94 % pensent qu’un animal domestique aide à traverser les périodes difficiles de la vie.

De manière générale, les personnes possédant des animaux sont aussi plus actifs, moins isolés que les autres. Cela dit, il n’est même pas nécessaire d’être triste pour bénéficier du réconfort d’un animal de compagnie : même les personnes en bonne santé, bénéficient de leurs contacts avec leur animal. En fait, ils considèrent généralement leurs animaux (du point de vue émotionnel et social, encore) de façon similaire à des personnes importantes dans leur existence, tels qu’amis proches ou famille. Les animaux représentent donc un soutien émotionnel et social fort. Isolement, stress, anxiété…

Des facteurs ou symptômes de la dépression, qui semblent donc réduits grâce à l’animal.

Les animaux pour soigner les maladies ?

Si les animaux ont un effet protecteur sur la santé mentale, ils sont également utilisés pour atténuer les symptômes de certaines maladies. Ainsi, plusieurs services hospitaliers n’hésitent pas à les utiliser afin de réduire le stress des malades ou les aider à retrouver le moral. Les animaux de compagnie sont également préconisés dans les cas de personnes souffrant de démences séniles, notamment Alzheimer.

Les bienfaits des animaux domestiques sur le bonheur et la santé Si plus de 50% des personnes possèdent un animal domestique, il y a forcément de bonnes raisons, non ?

La psychologie positive le confirme : les animaux domestiques sont une source formidable de soutien émotionnel et social, non seulement pour les personnes en difficulté physique ou sociale (handicapés, aveugles, personnes âgées seules…), mais en fait, également pour tout un chacun.

Joceline – participant au programme de psychoéducation Start

Visionnez l’ensemble de la Gazette

Partager ce post sur l'actualité des troubles bipolaires